Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2005 5 30 /12 /décembre /2005 08:13

Bref historique :
3ème ville du Canada avec 2,5 millions d’habitants, après Toronto (5 M) et Montréal (3,5 M), Vancouver a une densité de 625 habitants au km2, alors que la moyenne en Colombie Britannique est seulement de 4,5 habitants au km2 ! Ce dernier aspect reflète d’ailleurs assez bien la caractéristique de ce pays, le 2ème en surface, avec seulement 33 millions d’habitants, concentrés principalement dans les grandes agglomérations, situées pour la plupart au sud du pays, à proximité des Etats Unis. Vancouver regroupe en outre 68 origines différentes qui s’expriment dans une dizaine de langues, dont l’anglais, chinois (mandarin et cantonnais), punjabi, allemand, français, hollandais, italien, tagalog, espagnol et japonais.

La région fut d’abord occupée par les Indiens Salish et découverte par l’explorateur anglais Georges Vancouver en 1792. Dès 1869 la ville fut reliée au reste du pays par le Canadian Pacific Railway et en 1887 le premier bateau en provenance de Chine marqua le début réel du commerce maritime international. Avec la construction du canal de Panama en 1914, l’accès aux marchés européens et la côte est de l’Amérique du Nord fut facilité. L’essor économique de la ville se développa rapidement, marqué cependant par l’opposition radicale des deux communautés chinoise et japonaise. La première guerre mondiale et le crash de Wall Street en 1929 causèrent une sévère dépression économique et Vancouver, avec son climat tempéré attira passablement de jeunes sans emplois. Durant plusieurs années la ville vécu une certaine instabilité avec émeutes et luttes entre différentes communautés. La prospérité revint après la seconde guerre mondiale.

Vancouver aujourd’hui :
La réputation de la ville grandit encore avec l’Expo de 1986 et le sommet entre Boris Yeltsin et Bill Clinton en 1993. Dès 1990 Vancouver connut une vague importante d’immigration, notamment celle en provenance de Hong Kong, ce qui projeta la ville parmi celles les plus importantes comme Paris, Londres et Tokyo. Aujourd’hui cette cité est le phare du développement de toute une province, la Colombie Britannique, où les activités sportives et touristiques tiennent également une bonne place, comme la montagne, le ski, le surf, la plongée sous-marine, la navigation de plaisance, canoë-kayak, rafting, pêche, observation de la vie sauvage (aquatique et terrestre) etc... Enfin Vancouver se prépare à organiser les jeux olympiques d’hiver 2010, ce qui va encore certainement contribuer à la poursuite de son développement. Ce dernier se heurte cependant à certaines difficultés liées à un urbanisme dynamique, qui ne va pas sans poser certains problèmes comme la pollution, salubrité, pauvreté, circulation, transports publics, etc…

Vancouver se joint au réseau des Observatoires urbains des Nations Unies :
Vancouver est la première ville du monde industrialisé à se joindre à ce réseau, mis en place par ONU-Habitat. Ce réseau a pour but de combler au plus vite les lacunes en matière de connaissances de base internationales sur les régions urbaines. Ce projet est fondé sur le principe suivant : plus la qualité des renseignements recueillis sur la ville est bonne, plus les institutions et les politiques seront efficaces, en particulier lorsque les renseignements en question sont liés aux principales aspirations et valeurs des citoyens. La première étape du projet vise à étudier et à élaborer des moyens de suivre les changements dans la région métropolitaine de Vancouver. Cet atelier et ce dialogue réuniront entre 100 et 150 personnes, qui sélectionneront un ensemble d’indicateurs permettant de suivre l’évolution de la durabilité dans la région. Ces indicateurs seront présentés au public et à la communauté internationale au cours du Forum urbain mondial des Nations Unies, en juin 2006. Ils deviendront le point central des activités de surveillance de l’Observatoire. Il devient en effet essentiel de prendre en compte le bien-être économique, social et écologique des générations actuelles et futures, même si ces différents aspects semblent parfois difficiles à concilier. Il s’agit là d’un réel effort qui devrait déboucher sur des données plus intéressantes que le n’importe quoi de certains médias quand ils se targuent de faire la leçon aux professionnels ou politiques. Si vous souhaitez poursuivre le sujet vous pouvez vous référer aux sites suivants : www.rvu.ca  www.international.gc.ca/sustain

Après cet intermède un peu plus sérieux et académique, nous avons le plaisir de vous présenter un nouvel album de photos No 13 intitulé : « Vancouver la séductrice » qui vous permettra également de découvrir notre repaire jusqu’au mois de mars. Le prochain album constituera la suite des clichés selon l’humeur du moment et la plaisir de la photo.

A suivre…

Partager cet article

Repost0

commentaires