Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 02:01
Here they are some pictures of our new year downtown. It wasn't dramatic ! In fact, festivities in Canada Place were canceled for unknown reasons. So we were walking  at Robson Street to celebrate the new year with people. It was joyful and lively.









January the first we saw the traditional Vancouver Polar Beach Swim, from 1920.











































This year's water, at 8.5 degrees, was close to the warmest temperature of 9 degrees. "Dips like these have their dangers. In Saskatchewan's Kingsmere Lake, one 38 year old Canadian was recognized by the Darwin Awards, a dubious honour for poeple who improve the human race by removing themselves from it, for his own polar bear swim in 2000 between two holes in the lake's ice. He never resurfaced" (Read in The Globe and Mail of Monday January 2, 2006)

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2006 7 01 /01 /janvier /2006 03:24

Vancouver le 1er janvier 2006











HI EVERYBODY, HAPPY NEW YEAR AND GOOD LUCK !!!

« Gycan.net » fête ainsi ses six premiers mois d’existence ! Nous espérons vous avoir intéressés et vous remercions pour tout le temps que vous y avez consacré, vous sachant très occupés. Vous avez en effet été plus de 1'505 visiteurs uniques à regarder 12'109 pages, avec une journée record le 23 décembre, 657 pages. Impressionnant ? Oui et non, sachez en effet que sur plus de 170'000 blogs, enregistrés sur le site qui nous accueille, notre meilleur classement n’aura été que le 2'992ème rang pour le nombre de visiteurs. Certes, la tâches n’a pas toujours été aisée, surtout durant la première partie du voyage. Il a fallu aussi se mettre au parfum et tenir le rythme, ce qui demande passablement de temps et disponibilité d’esprit. J’ai tenté de relever le défi par curiosité personnelle et peut-être professionnelle (on verra !). Pour la suite, votre point de vue, critiques et attentes m’intéressent, n’hésitez donc pas à m’en faire part à l’occasion, par la voie des commentaires ou sur mon mail (y.delaunay@bluewin.ch). Merci d’avance.

Par ailleurs comme vous aurez pu aussi le constater, Geneviève est restée très discrète sur le blog, se contentant de glisser parfois quelques idées bien à elle dans les textes que je lui relisais. Elle a en effet préféré consacrer toute son énergie à son art. Après les colliers, qui sont encore proposés à la vente à Granville Island et Whistler, elle a réalisé toute une série de sketchs de la vie quotidienne, emprunts d’humour et de couleurs que les canadiens semblent tout particulièrement apprécier.

Pour les prochains articles et photos, j’ai retenu une visite du quartier chinois et de Grandville Island, les totems, certains animaux et le reste en fonction de l’actualité, de l’humeur, disponibilité d’esprit et des curiosités du moment. Il ne nous reste donc plus qu’à vous dire à bientôt et surtout  vous souhaiter encore UNE TRES BONNE ANNEE 2006, en espérant qu’elle vous permette de réaliser vos projets et rêves secrets.

Amicalement Yves et Geneviève.

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2005 6 31 /12 /décembre /2005 04:23

Nous poursuivons la visite de la ville avec l’album No 14 « regards sur la ville ». Ces photos vous donneront une idée de la localisation de la cité entre les montagnes et l’océan, ainsi que des impressions ressenties au détour d’une avenue ou d’une rue. L’audace architecturale, qui étonne et fascine, s’intègre agréablement dans le cadre d’un urbanisme, laissant une place importante aux espaces entre les constructions récentes les plus vertigineuses. Quelques anciens quartiers ont quant à eux conservé l’authenticité des premières constructions, marquées par l’empreinte victorienne. Vancouver c’est aussi « la lumineuse » de par une volonté manifeste d’adopter dans le choix des matériaux toutes les nuances de vert, bleu et bronze, rappelant l’environnement naturel de la ville entre les montagnes, la forêt et l’océan. Le béton demeure discret alors que le verre aux teintes diverses fait vibrer la lumière naturelle et met en valeur la magie des reflets et des couleurs. Les oiseaux n’ont qu’à bien se tenir ! Si la vue d’ensemble impressionne favorablement, il y a aussi du moins réussi, tant sur le plan architectural qu’urbanistique, ce qui, à mon avis, fait partie d’une démarche saine qui veut que pour obtenir d’éclatants résultats en beauté et audace, il faut aussi accepter de prendre le risque d’échouer dans la démarche. Ces photos concernent enfin essentiellement le Vancouver downtown alors que la ville s’étend encore avec les quartiers suburbains comme North et West Vancouver, Kitsilano, Richmond, Langley, Burnaby, pour ne citer qu’eux. D’autres aspects et particularités de cette ville comme le quartier chinois et l’île de Granville feront plus tard l’objet d’un autre article et album.

Nous vous souhaitons donc une agréable balade en espérant que ces quelques clichés compléteront agréablement l’idée que vous pouvez vous faire de cette ville, si vous ne la connaissez pas.
A bientôt...

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2005 5 30 /12 /décembre /2005 08:13

Bref historique :
3ème ville du Canada avec 2,5 millions d’habitants, après Toronto (5 M) et Montréal (3,5 M), Vancouver a une densité de 625 habitants au km2, alors que la moyenne en Colombie Britannique est seulement de 4,5 habitants au km2 ! Ce dernier aspect reflète d’ailleurs assez bien la caractéristique de ce pays, le 2ème en surface, avec seulement 33 millions d’habitants, concentrés principalement dans les grandes agglomérations, situées pour la plupart au sud du pays, à proximité des Etats Unis. Vancouver regroupe en outre 68 origines différentes qui s’expriment dans une dizaine de langues, dont l’anglais, chinois (mandarin et cantonnais), punjabi, allemand, français, hollandais, italien, tagalog, espagnol et japonais.

La région fut d’abord occupée par les Indiens Salish et découverte par l’explorateur anglais Georges Vancouver en 1792. Dès 1869 la ville fut reliée au reste du pays par le Canadian Pacific Railway et en 1887 le premier bateau en provenance de Chine marqua le début réel du commerce maritime international. Avec la construction du canal de Panama en 1914, l’accès aux marchés européens et la côte est de l’Amérique du Nord fut facilité. L’essor économique de la ville se développa rapidement, marqué cependant par l’opposition radicale des deux communautés chinoise et japonaise. La première guerre mondiale et le crash de Wall Street en 1929 causèrent une sévère dépression économique et Vancouver, avec son climat tempéré attira passablement de jeunes sans emplois. Durant plusieurs années la ville vécu une certaine instabilité avec émeutes et luttes entre différentes communautés. La prospérité revint après la seconde guerre mondiale.

Vancouver aujourd’hui :
La réputation de la ville grandit encore avec l’Expo de 1986 et le sommet entre Boris Yeltsin et Bill Clinton en 1993. Dès 1990 Vancouver connut une vague importante d’immigration, notamment celle en provenance de Hong Kong, ce qui projeta la ville parmi celles les plus importantes comme Paris, Londres et Tokyo. Aujourd’hui cette cité est le phare du développement de toute une province, la Colombie Britannique, où les activités sportives et touristiques tiennent également une bonne place, comme la montagne, le ski, le surf, la plongée sous-marine, la navigation de plaisance, canoë-kayak, rafting, pêche, observation de la vie sauvage (aquatique et terrestre) etc... Enfin Vancouver se prépare à organiser les jeux olympiques d’hiver 2010, ce qui va encore certainement contribuer à la poursuite de son développement. Ce dernier se heurte cependant à certaines difficultés liées à un urbanisme dynamique, qui ne va pas sans poser certains problèmes comme la pollution, salubrité, pauvreté, circulation, transports publics, etc…

Vancouver se joint au réseau des Observatoires urbains des Nations Unies :
Vancouver est la première ville du monde industrialisé à se joindre à ce réseau, mis en place par ONU-Habitat. Ce réseau a pour but de combler au plus vite les lacunes en matière de connaissances de base internationales sur les régions urbaines. Ce projet est fondé sur le principe suivant : plus la qualité des renseignements recueillis sur la ville est bonne, plus les institutions et les politiques seront efficaces, en particulier lorsque les renseignements en question sont liés aux principales aspirations et valeurs des citoyens. La première étape du projet vise à étudier et à élaborer des moyens de suivre les changements dans la région métropolitaine de Vancouver. Cet atelier et ce dialogue réuniront entre 100 et 150 personnes, qui sélectionneront un ensemble d’indicateurs permettant de suivre l’évolution de la durabilité dans la région. Ces indicateurs seront présentés au public et à la communauté internationale au cours du Forum urbain mondial des Nations Unies, en juin 2006. Ils deviendront le point central des activités de surveillance de l’Observatoire. Il devient en effet essentiel de prendre en compte le bien-être économique, social et écologique des générations actuelles et futures, même si ces différents aspects semblent parfois difficiles à concilier. Il s’agit là d’un réel effort qui devrait déboucher sur des données plus intéressantes que le n’importe quoi de certains médias quand ils se targuent de faire la leçon aux professionnels ou politiques. Si vous souhaitez poursuivre le sujet vous pouvez vous référer aux sites suivants : www.rvu.ca  www.international.gc.ca/sustain

Après cet intermède un peu plus sérieux et académique, nous avons le plaisir de vous présenter un nouvel album de photos No 13 intitulé : « Vancouver la séductrice » qui vous permettra également de découvrir notre repaire jusqu’au mois de mars. Le prochain album constituera la suite des clichés selon l’humeur du moment et la plaisir de la photo.

A suivre…

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2005 2 27 /12 /décembre /2005 07:46

Nous avons fêté Noël en pensée avec tous celles et ceux qui ont célébré cet événement avec neuf heures d’avance, à Genève notamment. Quelques jours avant nous sommes allé skier avec les jeunes de l’école à Seymour Mountain, une petite station qui domine Vancouver. Cette  sortie fut très sympathique et pour notre première mise en forme de la saison nous avons pratiqué un ski nocturne dans d’excellentes conditions (voir les photos).

Le modeste album de photos « Christmas in Vancouver » vous donnera également quelques très brefs aperçus de l’ambiance qui ne diffère pas tellement de celle de Genève, Noël étant une fête quasi universelle, du moins pour son aspect essentiellement commercial. Vancouver n’y échappe pas et doit vraisemblablement se retrouver dans le peloton de tête des villes célébrant la divine Consommation débridée, « amazing » et détonante. Le point culminant étant le 26 décembre pour le « Boxing Day ». Les soldes du lendemain de Noël sont en effet une tradition bien ancrée au Canada. Chaque année ce jour-là, des milliers de consommateurs se précipitent dans les magasins à la recherche de bonnes affaires. Plusieurs personnes vont même jusqu’à faire la file devant les commerces tôt le matin pour être les premiers à avoir droit aux meilleures aubaines.

Selon une brève recherche sur internet, le terme « Boxing Day » viendrait du fait que le 26 décembre, en Grande-Bretagne, les domestiques pouvaient ouvrir les présents donnés par leurs maîtres dans des boîtes (boxes en anglais). D’autres folkloristes associent plutôt l’origine de l’expression à la distribution aux pauvres par les prêtres du contenu des troncs, des boîtes percées d’une fente où les aumônes et les offrandes étaient déposées dans les églises anglaises. Devenue officielle au XIXe siècle en Grande-Bretagne, la tradition du « Boxing Day » est présente dans la plupart des pays du Commonwealth, notamment en Australie, Nouvelle-Zélande et Canada. Depuis les 25 dernières années, l’aspect commercial du lendemain de Noël a pris de l’expansion dans ces pays et aux États-Unis. Les marchands profitent de l’achalandage dans leurs commerces pour écouler leur marchandise. Même si les soldes se poursuivent plusieurs jours après Noël, c’est le 26 décembre que la frénésie du magasinage est à son paroxysme.

Quant à nous nous avons plus simplement passé ce jour particulier en allant voir le film « Polar Express » en 3 D au cinéma Imax, après Narnia, (the Lion, the Witch and the Wardrobe), nous aurons fait la totale des films de Noël ou presque. Demain nous recevons des amis canadiens pour un petit repas helvétique, que Geneviève va préparer dans notre repaire au 31 nième étage.

Nous espérons que vous avez passé une bonne fête de Noël et nous réjouissons de vous retrouver, sur votre blog préféré, pour un prochain article sur la ville de Vancouver, enfin il arrive !!!.

A  très bientôt  et portez-vous bien....

 
 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 07:12
Hi, everybody in Geneva, Vancouver and everywhere. Here it is a new photo album. We let you to have a look on it, without other commentary. It is a wink on  some instants of serenity, friendship and happiness at the end of this year.
Enjoy your visit and see you soon....

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2005 3 07 /12 /décembre /2005 07:16

Cet article est également accompagné de l’album photos No 10 portant le même titre.

Pour notre dernière étape avant Vancouver, nous quittons West Yellowstone le 2 octobre, pour traverser les états du Montana, de l’Idaho et du Washington, en direction de Seattle, ville qui m’a toujours fait rêver pour son aménagement du territoire et c’est aussi la ville de Microsoft. Il neige à gros flocons, toutefois les routes demeurent dégagées (phot 1). Après environ trois bonnes heures de voyage nous retrouvons le soleil, qui caresse le confortable relief du Montana, constitué par d’immenses étendues de prairies et collines, propices aux cultures et au bétail. Nous pouvons également observer de temps en temps des animaux qui ressemblent bien à des antilopes (phot. 2). Comme nous avons à peu près 800 km à parcourir, nous ferons étape à Cœur d’Alene, une charmante petite ville située au bord d’un lac. Le lendemain nous traversons une région avec de nouvelles étendues à perte de vue, avant d’atteindre le canyon de la rivière Columbia, une des plus importante d’Amérique du Nord. Le paysage est grandiose (phot 3 à 7). Peu avant Seattle nous pénétrons dans une nouvelle zone de forêts et montagnes. L’arrivée dans cette cité est assez sportive, car nous empruntons de multiples et impressionnantes voies d’accès, qui n’ont rien à envier aux périphériques de Lyon ou Paris. Et sans nous être trop engueulé, nous arrivons à bon port, au centre ville, où nous trouvons un sympathique hôtel qui nous abritera pour quatre nuits (phot. 8 à 10). Le soir nous nous offrons un petit repas dans un resto sympa à proximité du port.

Les jours suivants nous visitons cette ville dynamique, grouillante et qui regorge d’idées à tous les coins de rues (phot 11-12). En admirant certains bâtiments, je pensais à notre bonne ville de Genève et le quartier de la Praille, qui pourrait se développer en adoptant un urbanisme contemporain, un peu plus audacieux et correspondant à nos propres besoins et conceptions. Au moment où je rédige ces quelques lignes, j’ai lu sur internet que notre nouveau Conseil d’Etat a pris enfin la décision d’aller de l’avant. Bravo ! Après cette petite parenthèse sur laquelle je reviendrai peut-être, retournons à Seattle pour la suite de notre visite. Ainsi nous découvrons le « Convention Trade Center », magnifique bâtiments avec de nombreuses galeries marchandes, où une place importante est réservée à des œuvres d’art et autres lieux de créativité. Le soir nous allons voir une comédie musicale au titre évocateur de « Ménopause ». Sur l’ensemble des spectateurs (env 500) nous étions moins de dix males. J’ai eu très peur, surtout quand le rire de ces dames atteignait un paroxysme proche de l’échauffement fatal de certains neurones prêts à tout. Nous visitions également le SAM Seattle Art Museum, passionnant surtout sur les natifs. Vous trouverez pour ceux que cela intéresse le site du musée dans les liens. Autre visite intéressante le musée consacré au Gold Rush, situé dans le quartier des pionniers. Dîner au restaurant des « 13 Coins », ouvert 24h sur 24h. L’aquarium est également un lieu intéressant, sans toutefois atteindre le niveau de celui de Vancouver, ce qui nous donne envie d’acheter du poisson au Pike Market (phot 13-14), que nous dégusterons dans notre chambre. Le lendemain nous nous rendons au musée de la science fiction, bâtiments construit par l’architecte Franck Gehry (musée de Bilbao). Cette visite est également passionnante à tout point de vue et les photos 15 à 23 vous donneront, je l’espère, une bonne idée de cette réalisation. Mentionnons au passage les architectes suisses Herzog et de Meuron, qui sont aussi présents aux USA qu’en Europe. Enfin les photos 24-25 montrent une magistrale sculpture qui agrémente les alentours.

Le 8 octobre nous laissons Seattle et prenons le ferry (phot 26-27) en direction du Parc national Olympique, vaste territoire qui borde le Pacifique. Nous ferons étape à Port Angeles où nous arrivons au moment de la fête du crabe (phot 28 à 30). Pour la suite ne notre voyage, dans cette contrée, nous vous laissons rêver en regardant les photos 31 à 53. A noter cependant l’importance donnée à la prévention des tsunamis et le plaisir que nous avons eu à découvrir Port Townsend, localité de style victorien, propice à une vie riche au plan artistique et à une belle qualité de vie.

Le 15 octobre nous rejoignons Vancouver, après plus de trois mois de voyage, 10'500 km parcourus en voiture et 350 km sur des sentiers. Lorsque nous rendons la voiture, nous remercions aussi l’ange gardien, coincé dans le coffre et que nous libérons, de nous avoir protégé jusqu’à notre destination. Ainsi se termine le compte rendu de notre premier périple et vous remercions de votre attention et patience. Notre blog va maintenant se poursuivre pour vous narrer la suite de notre séjour canadien, en traitant également de quelques autres sujets d’actualité.

A bientôt….

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2005 5 02 /12 /décembre /2005 07:55

The Kyoto progress report gives some details about changes in greenhouse gas emission from developed countries, between 1990 and 2003. Over all among these countries, there was a decrease of 5.9%, from 18.4 billion tonnes CO2 equivalent in 1990 to 17.3 billion in 2003. However, if we exclude the former East Bloc among industrialized countries, the increase is of 9.2% between the same period ! Canada’s emission record with 24.2% gets alarmed. Federal Environment Minister, Stéphane Dion attributes Canada’s rise partly to robust economic growth, 43% since 1990. The word is let out: economic growth ! To be in growth or not !

Avant de poursuivre le blog sur notre voyage, il nous a semblé intéressant de saisir un peu l’actualité en vous parlant de Montréal 2005. Cette ville accueille en effet la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, du 28 novembre au 9 décembre.

La Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l'atmosphère (FCSCA), de concert avec des scientifiques réputés œuvrant dans les universités et au gouvernement, a émis une lettre adressée au premier ministre Paul Martin lui demandant de prendre des mesures pour s'attaquer le plus rapidement possible aux défis posés par les changements climatiques. Le Canada se réchauffe en effet plus vite que la plupart des autres pays et sera l'un des plus touchés. Cette lettre a été signée par quarante-neuf chercheurs éminents du pays." Les changements climatiques sont bel et bien une réalité ", soulignent les scientifiques. " Au cours des cinquante dernières années le Canada s'est réchauffé plus rapidement que la plupart des autres régions de la planète, le plus grand réchauffement (plus de 2oC) survenant dans le bassin du fleuve Mackenzie ". Le Canada affronte déjà des changements qui affectent la vie et la santé de ses citoyens et de nouvelles connaissances sont essentielles afin de ralentir le réchauffement, de s'adapter aux nouvelles conditions climatiques et d'éviter de provoquer des changements irréversibles. Les scientifiques canadiens sont d'accord pour dire que nous avons besoin de connaissances plus poussées sur le système climatique qui est fort complexe " pour prendre des décisions éclairées en vue de réduire nos propres émissions de gaz à effet de serre et de nous adapter à leurs incidences futures inévitables. " Les répercussions sur les écosystèmes canadiens et les activités socio-économiques pourraient comprendre: des pénuries d'eau pour les cultures des Prairies, la prolifération des insectes dans les forêts, la migration vers le nord du saumon du Pacifique et une augmentation de la gravité et de la fréquence des inondations, des tempêtes, des tornades et des sécheresses.

Plus ici qu’ailleurs l’avenir de notre planète est en question. Cependant nous continuons à ne pas vouloir nous impliquer personnellement en changeant nos habitudes, demeurant comme hypnotisé par l’hydre consommatrice dévoreuse et reportant la question sur nos politiciens. Que faire à notre niveau avant qu’il ne soit trop tard, si cela ne l’est déjà pas ? Pour le moins acceptons de continuer à vivre en nous informant : www.montreal2005.gc.ca (site figurant dans les liens).

A bientôt pour une autre réflexion sur le sujet….

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2005 1 28 /11 /novembre /2005 08:13

Le 22 septembre nous quittons Cranbrook pour Fernie, en direction de Pincher Creek. Avant la frontière nous traversons un très vaste plateau en altitude constitué de collines, de champs cultivés, prairies et éoliennes en très grand nombre (photos 1-2). L’immensité de cette contrée nous coupe un peu le souffle, tellement ces changements de paysages sont fascinants. Après environ 350 km, nous passons la frontière américaine à Chief Mountain, ayant emprunté pour y parvenir une route secondaire ouverte jusqu’au 30 septembre seulement. A nouveau nous ne croiserons qu’un ou deux véhicules, tout en circulant à vitesse réduite pour ne pas heurter le bétail qui broute et déambule sans contrainte ni aucune barrière. A St Mary nous entrons dans le Glacier Park pour emprunter le Logan Pass, par un temps gris et froid, guère favorable aux photos. Une route de montagne sinueuse nous achemine à Kalispel où nous ferons étape, après avoir avalé 600 km environ. Quelques miles avant d’arriver dans cette cité, un petit ours noir tente désespérément de traverser la route pour rejoindre les siens. Son regard affolé fait peine à voir et Geneviève qui conduit refuse de s’arrêter pour lui venir en aide, dommage…il était si triste !

Le lendemain nous traversons le Montana (500 km environ) pour nous arrêter à Helena, petite ville de province intéressante et très américaine, avec une magnifique cathédrale construite au début du siècle dernier sur le modèle de celle de Cologne. Lorsque nous reprenons la route le temps est toujours aussi maussade, il pleut à verse et neige même un petit peu. Quant à l’appareil de photos, il se repose, vous laissant ainsi tout le loisir d’imaginer un paysage de collines et champs cultivés à perte de vue où le jaune opalin domine avec quelques touches de vert sombre pour la végétation. En revanche lorsque nous pénétrons dans Yellowstone Park, le temps sera un peu plus clément. Nous nous arrêtons à Mammoth Hot Springs pour voir les sources d’eau chaude et une famille de deers avec un elk majestueux, ayant décidé de venir brouter le gazon, perturber la circulation et stresser les gardes de la faune. (phot 3 à 7). A Yellowstone Park, contrairement au Yukon, où le territoire est beaucoup plus vaste, il est possible d’observer un plus grand nombre d’animaux sauvages en liberté (phot 8), dont certains peuvent parfois être assez perturbés ou résolus à côtoyer cet autre animal qui voyage dans ces engins bruyants et clinquants (phot 9-10).

Après avoir traversé ce parc cet celui de Grand Teton, nous atteignons Jackson Hole où nous sommes accueillis par nos amis Jacques et Françoise Roux. Nous passons chez eux deux sympathiques journées, nous permettant ainsi de mieux comprendre cette région et ses habitants (phot 11 à 15). Nous quittons ensuite cette localité pour retourner au Grand Teton Park et effectuer une magnifique course de montagne aux lacs Amphitheater et Surprise, profitant également d’une superbe période.

 

Nous restons encore cinq jours pour visiter ces deux parcs et les sources d’eau chaude spectaculaires qui se situent sur une zone volcanique importante, à une altitude moyenne de 2'500 mètres alors que nous avons l’impression d’être à 1'000 mètres seulement. Nous continuons aussi à observer les animaux sans nous lasser. Vous pouvez d’ailleurs, sans autre commentaire superflu, découvrir cet aspect du voyage en visionnant les photos 25 à 60. Les sous titres vous vous guideront pour le surplus.

Le 2 octobre nous prendrons la direction de Seattle. A suivre……

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 17:48

Préambule: Pour la suite du blog la présentation sera un peu différente. Dorénavant un album de photos accompagnera chaque article, ce qui devrait être encore plus explicite. Ainsi, en lisant le texte vous aurez par moments des numéros de photos qui s’y rapportent. J’espère que cela ne sera pas trop compliqué et que vous trouverez toujours du plaisir à suivre notre voyage.
Le 9 septembre nous quittons le Yukon pour l’Alberta. Le temps est splendide et le vol pour Calgary nous offre un magnifique spectacle au départ de Whitehorse (phot. 01). Dans l’avion nous rencontrons le photographe Patrice Halley, qui revient de son reportage dans le Yukon après avoir « scratché » son ULM.

Lorsque nous atterrissons à Calgary, le temps est franchement mauvais et le restera pour toute la durée de notre séjour dans cette ville. A notre descente d’avion nous sommes accueillis par Jean-Claude Blandin, le frère d’Annie, ma fidèle et dynamique secrétaire à la régie. Nous passerons avec lui et son épouse une bien sympathique soirée dans un délicieux restaurant italien. Jean-Claude et Dominique nous racontent un peu de leur vie au Canada, qu’ils habitent depuis plus de trente ans. Nous apprenons également que Calgary est en plein essors économique et accueille environ 2'000 personnes de plus par mois, tellement cette ville attire de monde en raison du dynamisme économique fantastique de l’Alberta, fiscalité favorable, pétrole, diamant entre autre. (phot 02).

Nous laissons cette cité le 12 septembre pour gagner  Drumheller, localité située à proximité d’Edmonton, autre centre dynamique de cette région. Nous visitons le Musée Royal Tyrrell, tout entier consacré à la paléontologie, avec notamment une impressionnante partie réservée aux dinosaures, ainsi qu’aux shales de Burgess, fossiles découverts sur le versant ouest du Mont Field dans les Rocheuses, au Parc National de Yoho, en Colombie Britannique. Par ailleurs toute cette région offre aux chercheurs des emplacements propices à de nombreuses découvertes. Le site du musée (www.tyrrellmuseum.com), que j’ai ajouté aux liens, vous donnera plus de détails et vous recommande de cliquer sur « exhibits » pour vous offrir un « virtual tour ». Quant à la région les photos 03 à 09 remplacent tout autre commentaire.

Après cette intéressante escapade nous prenons la direction des Rocheuses, en traversant une région agricole importante, qui nous offre une assez bonne transition (phot 10-11-12). Nous nous arrêtons à Canmore, avant le Parc National de Banff et rayonnons un peu dans la contrée, pour visiter notamment Banff et son monstrueux hôtel château (phot 13-14-15). Le parc national est tellement fréquenté en été que les ours subissent un stress incroyable et se font un ou deux touristes, de temps en temps, histoire de se calmer les nerfs. Cela ne nous empêche cependant pas de faire deux autres belles excursions, l’une à Barriere Lake et l’autre au Canyon Johnston, où nous découvrons encore d’autres particularités naturelles (phot 16 à 24) et visitons encore quelques sites intéressants (phot 25 à 29). Nous n’avons pas été à Lake Louise et Jasper, ayant déjà visité ces deux localités et alentours lors de notre précédent voyage il ya quatre ans.

Nous poursuivons donc notre route vers le sud et traversons une partie du parc Yoho où nous ferons une nouvelle « balade », prévue initialement pour deux petites heures, qui deviendront plus de six et environ 17 km, pour atteindre le Kindersley Pass et Sinclair col à 2'500 m d’altitude. Nous nous sommes même perdus, mais finirons par retrouver notre chemin et notre voiture (phot 30 à 34). Plus loin, à Golden nous rencontrerons de curieux touristes (phot 35-36) et visiterons, avant la ville de Cranbrook où nous ferons étape, le Fort Steele (phot 37 à 45) Ce périple d’environ 1'500 km, depuis Calgary, nous aura ainsi permis de découvrir une bonne partie de l’Alberta, des Rocheuses et du sud de la province, avant de passer la frontière des USA, prochaine étape que nous entamerons le 22 septembre. Avant de partir nous ferons encore une dernière halte chez Patrice Halley pour faire connaissance de sa petite famille et admirer le paysage depuis sa maison, qui domine toute la chaine de montagne du Montana. Patrice nous donnera également un itinéraire intéressant pour la suite de notre voyage.

A suivre….

Partager cet article

Repost0