Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 13:55

Le vendredi 15 février 2013 à 20h30, à la salle des fêtes de Val-d’Illiez, Claude Moreillon vous enchantera avec de magnifiques photos et commentaires sur ses expéditions dans le Nord. 

gn 3

Passionné de nature, il pratique la photographie depuis une vingtaine d’années, en amateur d’abord, et maintenant en tant que photographe professionnel.
 Amoureux des grands espaces, il a une affection particulière pour le milieu arctique. 
Des contrées inhospitalières, où l’équilibre entre mère nature et les hommes y est encore plus fragile.
 Cependant, si la splendeur des régions polaires continue à le fasciner, il n’a pas pour autant oublié nos vertes vallées, où de nombreux trésors restent à découvrir.
 Ce sont ces instants privilégiés de la vie secrète animale qu’il aura plaisir à partager avec vous.
 Après la séance il vendra et dédicacera son livre « Une passion en Nord » Site : www.la-patte.ch

      *****

Le vendredi 22 février 2013 à 20h30, dans la salle paroissiale de Champéry, sous l’église, Yves Delaunay vous emmènera, avec le film documentaire qu’il a coproduit, dans une petite  communauté de 130 personnes qui occupe un territoire représentant une fois et demi la superficie de la Suisse. 

image003

Avec « Un pas vers l’Arctique Échos et visages du Nord », il répond à l’appel du Grand Nord. Dès son premier séjour en 2006, ses valeurs et ses certitudes d’homme occidental sont fortement ébranlées. Aujourd’hui, il cherche à comprendre comment les Inuit vivent la mutation actuelle de cette région frappée de plein fouet par les changements climatiques. A travers ce film documentaire d’une durée de 75 minutes, réalisé par la cinéaste québécoise, Anne-Marie Tougas, nous découvrons une petite communauté, Sachs Harbour, sur l’île de Banks dans l’Arctique canadien, attachée à son territoire, consciente de l’importance de ses traditions et de sa culture qui tente au quotidien de faire face aux défis de la modernité et de se situer.

 

Claude Moreillon et Yves Delaunay seront présents aux deux soirées.

 

15févr  22févr

 



Partager cet article

Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 13:08

Notre film est désormais terminé et sortira officiellement au printemps prochain. Pour vous permettre de vous faire une première idée, vous trouverez ci-après les éléments essentiels du documentaire, ainsi que le synopsis et une partie du générique. 

 

TITRE:

Un pas vers l’Arctique Échos et visages du Nord

Scénario et réalisation: Anne-Marie Tougas Durée: 75 minutes Format: Bétacam numérique NTSC ou PAL – 16:9 Français ou Anglais Production et distribution: Les productions Ayuk (Yves Delaunay) et Tougam (Anne-Marie Tougas)

 

© 2012


 photdocu01 

Yves Delaunay, citoyen suisse, répond une fois de plus à l’appel insistant du Grand Nord. Dès son premier séjour en Arctique canadien en 2006, ses valeurs et ses certitudes d’homme occidental sont fortement ébranlées. Aujourd’hui, il cherche à comprendre comment les Inuit vivent la mutation actuelle de cette région frappée de plein fouet par les changements climatiques. Grâce au documentaire, son quatrième voyage constitué d’escales-rencontres lui permet de passer de la contemplation à l’action et de témoigner d’une réalité humaine aussi surprenante que porteuse d’espoir. À Sachs Harbour, village inuit aux confins de la Terre, Yves Delaunay découvre une petite communauté attachée à son territoire, consciente de l’importance de ses traditions et de sa culture qui tente au quotidien de faire face aux défis de la modernité et de s’y tailler une place.

Loin de tout langage intellectuel, Un pas vers l’Arctique Échos et visages du Nord, adopte un ton convivial et chaleureux. Tout en accordant une large place aux bouleversements qui remuent cette contrée et son peuple en profondeur, le film se met à l’écoute d’un homme qui se réinvente en cherchant avec l’Autre des voies de solution aux problèmes mondiaux qui le dépassent. Et si quelque chose d’autre existait en dehors de nos façons habituelles de faire et de penser ? Ce documentaire ouvre un chemin en permettant une rencontre nécessaire avec le Grand Nord où ce qui advient aujourd’hui menace l’ensemble de la planète. Saurons-nous préserver ce lieu mythique bien réel qui risque de disparaître en emportant une partie essentielle de chacun de nous ? Un pas vers l’Arctique Échos et visages du Nord entre en résonance avec nos élans communs d'ouverture, de confiance et de solidarité. Un film humain empreint de respect et de lucidité.

Image - Isabelle de Blois Son - Édouard Faribault  Montage - France Dubé  Narration texte - Michèle Gagné Andrée Martin  Infographie - Céline Dion  Musique - Samuel Laflamme  Conception sonore et mixage - Roger Guérin. Avec la participation de - Yves Delaunay et Lawrence Amos - Christian Bucher - Nellie Cournoyea - Priscilla Haogak - Donna Keogak - John Keogak - Suzanne Lalonde - John Jr. Lucas - Steven Lucas - Jean Malaurie - Mary Simon - Bruno Tremblay.


AU PLAISIR DE VOUS REVOIR

ET TOUS NOS MEILLEURS VOEUX POUR 2012

****

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 21:42

Mon dernier séjour au Canada, pour réaliser le tournage du documentaire que je coproduis avec la cinéaste québécoise Anne-Marie Tougas, s’est déroulé du 11 mars au 18 avril dernier. Voici donc quelques brèves nouvelles et photos de ce sympathique et passionnant périple, au delà du cercle arctique. Je suis tout d'abord arrivé à Montréal, le jour de mon anniversaire et la fête fut superbe, en compagnie de toute l’équipe du tournage et d’autres amis, dont certains vont aussi s’impliquer plus tard dans cette belle aventure.

07 Avec les amis québécois

Je vous présente donc, ci dessous, l'équipe québécoise du tournage, avec laquelle je suis parti dans le Grand Nord. A partir de la gauche, Anne-Marie Tougas, cinéaste et coproductrice, Edouard Faribault, preneur de son, votre serviteur et Isabelle de Blois, cameraman. Vous me direz que nous sommes toujours en train de manger et vous aurez raison. Mais c'est pour les calories afin d'affronter les rigueurs de l'arctique et aussi pour passer d'excellents et très joyeux instants de convivialité.

10c au complet

Après quelques jours consacrés aux derniers préparatifs, contacts et achats pour notre équipement et la nourriture, nous avons été louer le matériel du tournage. Isabelle l'a testé pendant qu'Anne-Marie s'occupait des derniers contacts et de la logistique.

08 La location du matériel 08a Essais et préparatifs

Le tournage a débuté ensuite à Montréal, par les interviews de Suzanne Lalonde à l’Université de Montréal et celle de Bruno Tremblay à Mc Gill. 

08b Tournage à Montréal 08c

Le 24 mars nous nous sommes envolés pour Yellownife, capitale des Territoires du Nord Ouest, notre première étape, afin de rejoindre Inuvik à proximité de la Mer de Beaufort. Voici une carte pour vous repérer.

09 Carte du Canada

 10b Bienvenue à Inuvik 11 Inukshuk et l'église d'Inuvik

L’incontournable route de glace sur le fleuve Mackenzie, (l'une des plus longues et le plus au nord), demeure toujours un phénomène spectaculaire, qui illustre aussi la complicité qui peut exister entre l’homme et la nature.

14 Sur la route de glace 15 Caméra glacéee

Nous avons eu le privilège de rencontrer Nellie Cournoyea, Présidente de l’Inuvialuit Regional Corporation (IRC) et qui fut également la première femme à occuper la charge de premier ministre des Territoires du Nord. L’entretien qu’elle nous a accordé demeurera très présent dans nos esprits, pour une bonne compréhension de la région inuvialuite et de ses 3'800 ressortissants. Celle-ci bénéficie par ailleurs d’une quasi autonomie territoriale (à l'exception de la souveraineté internationale) depuis 1984, sur plus de 90'000 km2, dont 12'950 km2 de droits miniers. 

17 Bureaux de l'IRC à Inuvik 19 Reflets18 Avec Nellie Cournoyea P1060142

Un ami, Christian Bucher, suisse d'origine et qui travaille au Canada depuis son plus jeune âge, grand connaisseur des Territoires du Nord Ouest et de l’âme inuite, nous a rejoint. Nous sommes photographiés avec lui devant la mosquée récemment construite à Inuvik.

25 La mosquée d'Inuvik 26 devant la mosquée avec Christian Bucher

Voici quelques autres photos d’ambiance dans cette localité qui, depuis mon premier voyage en 2006, semble prendre un essor considérable: prises de vues en ville, le commerce de fourrures, reflets, l'équipe en plein tournage, notre cabane à Inuvik et avec Olav d'Arctic Chalet où nous avons séjourné. 

 24 En ville 20 Le commerce de peaux 

 24a L'équipe en reflet 22 L'équipe du tournage Edouard, Anne-Marie et Isabelle21 Hébergement à Inuvik  27a Le tournage avec Olav 

Le 31 mars, nous nous embarquons pour Sachs Harbour sur l’ile de Banks pour y passer une semaine, très riche en multiples et sympathiques rencontres. Les gens qui vivent dans cette localité constituent une communauté dynamique, qui aime par dessus tout sa contrée. L’île a une surface de 71'000 km2 environ et seulement une centaine d’habitants. Je ne me suis jamais senti aussi minuscule et insignifiant que dans ces grandes étendues.

29 direction Inuvik-Sachs Harbour

Quelques photos du voyage et du village:

65 P106033631 Sachs Harbour 31 Sachs 37 Moins 39 P1060383

La population de Sachs Harbour, vit encore à 50% des ressources de la nature. Les gens pratiquent la chasse, la trappe et la pêche. Sur l'île de Banks vit la plus importante colonie de boeufs musqués, qui semblent sortis de la préhistoire, on parle de plus de 50'000. Les habitants, selon les spécialistes de la faune, doivent en tuer chaque année 6'000, pour éviter une prolifération qui pourrait nuire à l'équilibre de l'île. Ils n'y parviennent cependant pas, se limitant à 3'000 dans les bonnes années. Ils utilisent la viande ainsi que la peau, et la fameuse laine de muskoks, qui est utilisée pour tisser des vêtements de qualité et très chaud. La chasse à l'ours est également pratiquée selon un quota et réservée aux Inuit. Les ours polaires sont actuellement en bonne santé sur l'île et en augmentation. Les autochtones traitent et vendent les peaux, ce qui leur assure un revenu complémentaire. Il important de relever que pour les Inuit, toutes ces activités sont vitales et vouloir les leur interdire, revient à les condamner à quitter leurs terres, ce qui serait dramatique, car ils en sont les observateurs privilégiés et les gardiens.

51 5233 les peaux d'ours 61P1100225 P1060564 

Voici quelques portraits sympathiques:

59 6343 Jeune 44 Vieux39 Isabelle 39a Anne-Marie

Le froid nécessite certaines précautions pour le tournage.

P1060523 P1060790

Nous avons eu aussi l'immense privilège de rencontrer les enfants du village dans leur école et de nous entretenir avec eux.

40a 40 L'école41a 41 Les enfants41e 41f

41d 41c

P1060847 P1060627

Deux des autres entretiens:

42 Un entretien P1060527

Instants magiques sur la banquise.

46 a 46 b46 c 46 Sur la banquise 

Couchers de soleil sur Sachs.

 47 Coucher de soleil sur Sachs 47 a

Puis, c'est le départ de Sachs Harbour, avec notre embarquement dans le petit aéroport pour un vol de retour sur Inuvik, magnifique, au dessus de la banquise hivernale, où il nous a encore été accordé l'immense privilège de pouvoir admirer quelques ours polaires.

48 L'aéroport de Sachs P106085549 L'enregistrement P1060879 P1060896 P1060940

Voilà, de retour à Montréal après une escale à Inuvik et Edmonton, je suis encore resté quelques jours en terre québécoise pour revenir à Genève le 18 avril. Le 17 mai, Anne-Marie et Isabelle ont effectué le dernier entretien, que nous n'avions pas pu faire, avec Mary Simon, Présidente de l'Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), qui représente l'ensemble des communautés inuites du Canada. Elle fait aussi partie du conseil exécutif de la Conférence Circumpolaire. Ainsi, entre la première interview de Jean Malaurie, le 2 octobre 2010 et la dernière, nous aurons réussi à rassembler des témoignages essentiels qui viennent compléter tous ceux récoltés sur place avec des autochtones aussi accueillants que motivés par notre démarche de leur donner la parole.

03a Avec Jean Malaurie marysimon

Actuellement Anne-Marie, la cinéaste, travaille, avec France Dubey, au montage. En août prochain je vais les rejoindre à Montréal pour un premier aperçu et ensuite ce sera le travail de montage sonore, de la musique, de l'infographie et du mixage avec Roger. Nous pensons donc pouvoir présenter le documentaire, début octobre à Montréal et ensuite à Genève. Vous serez bien évidemment tenu au courant et nous nous réjouissons de vous revoir à cette occasion. A bientôt...

Partager cet article

Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 12:23

Chers amis et lecteurs occasionnels,

 

Je souhaite vous donner quelques brèves nouvelles de mon nouveau séjour au Canada, car je suis en train de réaliser un rêve et une aventure, qui arrivent dans une phase particulièrement passionnante. Ce rêve a commencé à prendre forme en été 2005 dans le Yukon pour se poursuivre en Arctique, dans les Territoires du Nord au printemps 2006.


Puis dès novembre 2007, à l'occasion d'une rencontre avec une cinéaste québécoise, lors du festival international du film sur l'architecture à Annecy, l’idée d’écrire un petit ouvrage avec des photos, sur ma rencontre avec cette contrée, s’est transformée en film. De 2007 à 2010, en plus de deux autres voyages dans le Grand Nord, je me suis mis à travailler sur le sujet de l'Arctique, des gens qui l'ont habité et qui y vivent encore aujourd'hui, non seulement pour échanger un regard sur nos destinées respectives, mais également pour nous permettre de découvrir ou redécouvrir des valeurs encore vivantes au sein de peuples premiers, comme les Inuit et que nous avons oubliées. Anne-Marie TOUGAS, la cinéaste en question, professionnelle avertie du documentaire, avec laquelle j'ai la chance de pouvoir partager ma passion pour le sujet, m'a alors accompagné dans le développement de mon projet et mes divers essais de cinéma. J'ai également écrit plusieurs versions d'intentions et de sujets de films en consultant aussi ailleurs. Mais au bout de l'exercice, j'ai réalisé qu'on ne s'improvise pas cinéaste et que je souhaitais un film professionnel. En juin 2010, contre toute attente, Anne-Marie m'a proposé son idée de documentaire: faire un film sur ma quête personnelle. Après une période d'hésitation, j'ai accepté d'être le personnage principal. Elle a fait la recherche des autres intervenants et écrit le scénario qui correspond tout à fait à mes intentions et répond à l’ensemble de mes objectifs. Bien sûr, elle assure aussi la réalisation et de mon côté la production. Imaginez l'aventure !!!


Je vais donc m'envoler pour Montréal le 11 mars prochain pour rejoindre l'équipe de tournage qui est composée de la réalisatrice, d'une cameraman, d'un preneur de son et de moi-même. Puis, après quelques jours consacrés aux préparatifs, nous allons nous rendre à Inuvik, puis Sachs Harbour sur l'île de Banks, afin de rencontrer plusieurs témoins et acteurs en Arctique de la vie d'aujourd'hui et des nombreux défis qui les attendent. Nous avons par ailleurs déjà interviewé Jean MALAURIE, un personnage plus grand que nature, qui a une profonde et vaste connaissance du monde arctique et allons encore nous entretenir, à Montréal et Ottawa, avec d'autres spécialistes. De retour à Montréal, je resterai encore quelques jours pour revenir sur Genève fin avril au plus tard. Enfin pour celles et ceux qui le souhaitent je tiens à leur disposition le synopsis ainsi qu’une courte biographie de la cinéaste, qu’il vous suffira de me demander par courriel à mon adresse : y.delaunay@bluewin.ch


Portez vous bien et peut-être à tout bientôt, sur le blog pour un petit compte rendu de notre prochaine expédition.

 

Partager cet article

Repost0