Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 00:00

 

Au petit matin du second jour, après une très brève toilette dans une petite rivière avoisinante, nous avons eu la visite de Doug, l’ami de Yasmine, qui a parcouru les huit à dix kilomètres, en compagnie d’un de ses nombreux chiens, qu’il élève pour les attelages. Il nous a fait la surprise de venir, avec son matériel, pour nous préparer d’excellents muffins. Puis nous rangeons le campement en prenant soin de ne rien oublier ou laisser sur place et en éteignant le feu consciencieusement, car dans ces forêts un incendie peut très rapidement se déclarer par les racines radiculaires des conifères engorgées de résine. Nous quittons Doug, qui reprend la direction de sa ferme et reprenons notre marche à travers la forêt, pour déboucher sur la falaise qui domine la rivière Pelly. La vue est bien dégagée, le temps s’améliore petit à petit, annonçant une assez belle période. Toutefois une légère brume plane sur le paysage grandiose, signalant un incendie quelque part en Alaska. Après une halte pour se restaurer et reprendre des forces, nous atteignons la seconde cabane, située en pleine forêt. Nous avons parcouru ainsi six kilomètres. Nous installons notre campement, dressons nos tentes et ces préparatifs faits, nous décidons de repartir, sans nos sacs, pour une randonnée de trois heures environ, afin de tenter d’observer les animaux. Il est cependant encore trop tôt, nous ne trouvons sur notre chemin que des traces, « pétoles » d’orignaux et apercevons quelques aigles et un lynx. Cependant nous ne nous lassons pas de ce paysage fascinant. A un moment nous avons foulé un épais tapis de mousses et lichens, nous laissant l’impression de ne pas toucher le sol de nos pieds, comme dans un conte de fées. Puis nous retournons à notre camp pour partager un repas préparé par notre guide, sans oublier les deux braves chiens porteurs, et passer une nouvelle nuit sous tente.

Le matin du troisième jour je prend beaucoup de plaisir à me baigner dans la fraîcheur d’un petit cour d’eau pour finir de me réveiller. Vers 10 heures 30 nous nous mettons en marche pour une nouvelle étape de 13 kilomètres. Nous traversons alors une nouvelle zone forestière très importante et jonchée de délicieux petits fruits, cassis, myrtilles et canneberges. Nous restons cependant très attentifs à ne pas nous casser le nez sur un ours, car ils sont aussi friands de tels régals. Parfois nous apercevons quelques rejets témoignant d’une bonne indigestion d’un grizzli. A un moment nous parcourons une zone où le pergélisol est assez peu profond, offrant ainsi à nos regards une forêt boréale aux sapins fluets, assez espacés et de taille moyenne, bien que certains soient déjà centenaires. Ils sont là comme des sentinelles prêtes à annoncer les rigueurs de l’hiver. Après un assez long parcours en forêt, nous débouchons à nouveau sur la falaise qui domine un lac sans nom et atteignons la troisième cabane, au bord de la rivière Pelly, que nous descendrons en canoë à notre retour. Cette journée fut magnifique, 20 à 25 degrés et un superbe couché de soleil a encore agrémenté notre soirée, en dégustant un plat de cornettes aux champignons et des cookies aux raisins avec des petits desserts en petits pots. Pour l’eau que nous consommons, nous la puisons dans la rivière et la filtrons avec une petite pompe prévue à cet effet. A 22 heures il fait encore jour et pouvons encore admirer deux aigles à tête blanche et bec jaune, qui attendent de fondre sur les poissons distraits. Yasmine est toujours en besogne « to offer us the best » sans savoir ce qui l’attendait au matin du quatrième jour, le 10 août.

Pour ma part je décide de commencer cette nouvelle journée, dans la rivière, dans le plus simple appareil, célébrant ainsi cette impressionnante nature, où le mot isolement prend toute sa signification. Alors que je m’apprêtai à me revêtir, Geneviève m’appela pour que je revienne sans plus tarder à la cabane. Imaginant le pire, comme d’habitude, je me précipitai vers mes compagnons. Le spectacle était alors « piquant ». Les deux chiens Butch et Sugar n’avaient en effet rien trouvé de mieux que d’aller à la chasse au porc-épic pendant la nuit !  Et lorsque Yasmine est sortie de sa tente, elle a eu le spectacle des deux museaux de ses chiens, bardés d’épines, qui attendaient vraisemblablement depuis un bon moment qu’on les délivre des ces horribles souffrances. Après un « shit » retentissant, à faire fuir tous les animaux en arctique ou au pôle sud et avoir administré aux deux compères un calmant, nous avons passé deux bonnes heures à l’aider à enlever ces épines redoutables, en forme de harpons, qui une fois plantées dans la peau pénètrent petit à petit, jusqu’à atteindre un organe vital et c’est alors la mort qui s’ensuit, souvent dans d’horribles souffrances pour l’animal. Certains loups, pas très futés, ont été ainsi retrouvés terrassés, le museau et les pattes truffés de piquants. Pour Yasmine c’était la première fois qu’elle se trouvait confrontée à ce type de problème et c’est avec courage, ténacité et efficacité qu’elle s’est mise à retirer ces épines une à une, les chiens en ayant chacun une bonne trentaine dans le museau, les gencives, la langue et les pattes. Pendant qu’elle opérait nous tenions les deux lascars qui se débattaient, tellement ils devaient souffrir. Sugar étant plus délicate et difficile a fini, terrassée par Yasmine, qui la immobilisée au sol par une prise de judo remarquable. Cependant à aucun moment, même dans des positions les plus délicates, nous n’avons eu le sentiment qu’ils auraient pu nous mordre. Une fois délivrés nous avons passé à un petit déjeuner pour tout le monde et organisé notre départ pour cette quatrième étape de 10 kilomètres environ. Au moment de partir, lorsqu’ils ont compris qu’ils devaient, comme nous, reprendre leur charge, nous avons vu les deux chiens détaler, apparemment plus du tout motivés par notre trekking. Ils nous ont bien fait rire et après les avoir récupérés nous nous sommes mis en marche.

A suivre…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

malu 05/06/2006 22:11

magnifique la Gaspesie , la route glacee etonnante bravo pour les fous  de b. un an de decouvertes et de vagabondages c'est long et c'est court ca dure toujours on s'en souvient... vous devez etre mi-figue mi-raisin a la finde ce periple fantastique, tristes de quiter ces paysages et vos nouveaux amis et surement heureux de retrouver le pays et les votres qui vous attendent. nous vous souhaitons un bon retour et nous nous rejouissons de vous revoir bientot. Amities des vieux copains vaudois. Malu et C-H.

doris 05/09/2005 11:50

Bonjour vous deux
Lire vos aventures me transporte dans un magnifique voyage, moi qui suis assise sur ma chaise devant mon ordi! Il ne manque plus que les odeurs et la température, pour les photos, je suis votre voyage avec le cahier de grand-maman qui est magnifique.
Leti est rentrée du japon, une magnifique expérience et elle espère y retourner un jour.
Je vous souhaite une bonne continuation et a bientot dans de nouvelles aventures